Bernstein et Brahms

23 et 24 août

 

Stingray Brava consacre tout le mois d’août à Leonard Bernstein (1918-1990), pour souligner le centenaire du célèbre chef d’orchestre, compositeur et pianiste américain le samedi 25 août! Stingray Brava célèbre la vie et l’œuvre du renommé maestro avec de nouvelles images de concerts qui mettent en vedette la musique de Bernstein.

Stingray Brava ne pouvait évidemment pas laisser passer le 100e anniversaire de naissance de Leonard Bernstein inaperçu : ce musicien légendaire fut l’un des personnages les plus polyvalents de la musique classique du 20e siècle. C’est pourquoi Stingray Brava consacre plusieurs soirées d’août à des émissions qui mettent en vedette Bernstein dans ses nombreux rôles de chef d’orchestre, de pianiste soliste et de compositeur

Bernstein est né au Massachusetts, dans une famille d’immigrants juifs de Russie. Il a étudié à l’Université Harvard, où il s’est lié d’amitié avec le compositeur influent Aaron Copland. Bernstein n’a jamais étudié officiellement sous la direction de Copland, mais l’influence de ce dernier est facilement perceptible dans la technique de composition de Bernstein.

La carrière de Bernstein a vraiment démarré après la Seconde Guerre mondiale. Dans les années 40, le jeune musicien a étudié la direction d’orchestre avec le légendaire chef d’orchestre Serge Koussevitzky au Tanglewood Institute, où il a appris toutes les ficelles du métier. Bernstein a très rapidement fait ses débuts à Carnegie Hall, où il a remplacé Bruno Walter, qui était souffrant, à la dernière minute en 1943.

Cela a véritablement propulsé la carrière de Bernstein : en 1945, il a été nommé directeur musical de l’Orchestre symphonique de New York, fondé seulement un an auparavant par le grand chef d’orchestre Leopold Stokowski. En 1946, Bernstein a fait ses débuts à l’opéra au Tanglewood Institute, avec la première américaine de Peter Grimes de Benjamin Britten. Mais Bernstein s’est également fait connaître comme compositeur et a composé plusieurs pièces symphoniques. En plus de ses trois symphonies et de sa Sérénade, il a composé de la musique légère, dont plusieurs comédies musicales qui ont eu beaucoup de succès sur Broadway. En 1957, son West Side Story – une version à la sauce New-Yorkaise de Roméo et Juliette – a connu un succès instantané dans le monde entier, et il est encore repris fréquemment aujourd’hui.

Plusieurs diffusions illustrent bien l’accord parfait entre Bernstein et Brahms : l’interprétation de Bernstein des Variations sur un thème de Joseph Haydn, op. 56, et plusieurs Lieder de Brahms, dans lesquels Bernstein accompagne la soprano Christa Ludwig au piano, révèlent toute la beauté des compositions de Brahms. En plus des diffusions de Mahler et de Brahms, Stingray Brava présente la musique de Beethoven et offre une sélection des symphonies de Beethoven enregistrées par Bernstein avec l’Orchestre philharmonique de Vienne en 1979.


Jeudi, 23 août à 21 h | Brahms - Symphonie no 2 en ré majeur

L’Orchestre philharmonique de Vienne interprète la Symphonie no 2 en ré majeur, op. 73 de Johannes Brahms sous la direction de Leonard Bernstein (1918-1990). Ce concert a été enregistré en 1972 dans le cadre du Tanglewood Festival, au Massachusetts. Ce centre culturel et institut musical accueille l’orchestre depuis 1937. Brahms a composé sa Symphonie no 2 pendant l’été 1877, durant un séjour dans la région paisible de Pörtschach am Wörthersee, en Autriche. En raison de son atmosphère paisible et réjouissante, cette œuvre est souvent comparée à la Symphonie pastorale de Beethoven.


Jeudi, 23 août à 21 h 45 | Brahms -  Six chansons

Christa Ludwig ne fut pas seulement l'une des mezzo-sopranos phares de la scène lyrique internationale de son époque, elle enthousiasma également le public dans l'art du lied où elle excella. Leonard Bernstein l'accompagne ici au piano dans six lieder de Johannes Brahms. L'enregistrement de mai 1972 se déroula au Musée de Tel-Aviv. Au programme du récital, les lieder suivants : Liebestreu op. 3/1 - Mädchenlied op. 107/5 - Sapphische Ode op. 94/4 - Ruhe, Süßliebchen op. 33/9 - Die Mainacht op. 43/2 - Von ewiger Liebe op. 43/1.


Jeudi, 23 août à 22 h 05 | Brahms - Mélodies tziganes

Christa Ludwig ne fut pas seulement l'une des mezzo-sopranos phares de la scène lyrique internationale de son époque, elle enthousiasma également le public dans l'art du lied où elle excella. Leonard Bernstein l'accompagne ici au piano dans les Huit Zigeunerlieder de l'opus 103 de Johannes Brahms. L'enregistrement de mai 1972 se déroula au Musée de Tel-Aviv. Au programme du récital, les lieder suivants : He, Zigeuner, greife - Hochgetürmte Rimaflut - Wisst ihr, wann mein Kindchen - Lieber Gott, du weisst - Brauner Bursche führt zum Tanze - Kommt dir manchmal in den Sinn - Röslein dreie in der Reihe - Rote Abendwolken ziehn.


Vendredi, 24 août à 21 h | Brahms – Symphonie no 4 en mi mineur

L’Orchestre philharmonique de Vienne interprète la Symphonie no 4 en mi mineur, op. 98 de Johannes Brahms sous la direction de Leonard Bernstein (1918-1990). Ce concert a été enregistré en 1972 dans le cadre du Tanglewood Festival, au Massachusetts. Ce centre culturel et institut musical accueille l’orchestre depuis 1937. Brahms a composé cette pièce en 1884, un an après l’achèvement de sa troisième symphonie. La dernière partie de la pièce comporte une passacaglia ­– une forme souvent utilisée lors de la période baroque – particulièrement saisissante, de sorte que la Symphonie no 4 est souvent vue comme la pièce maîtresse de Brahms, au côté en son Ein deutsches Requiem.


Vendredi, 24 août à 21 h | Brahms - Variations sur un thème de Haydn, Op. 56

L’Orchestre philharmonique de Vienne interprète les Variations sur un thème de Haydn, op. 56 de Johannes Brahms sous la direction de Leonard Bernstein (1918-1990). Ce concert datant de 1973 a été filmé dans la grande salle du légendaire Musikverein de Vienne. Cette œuvre est basée sur un thème en si bémol majeur tiré du choral Saint-Antoine de Haydn, et compte huit variations et une finale. Les Variations sur un thème de Haydn ont été publiées en deux versions : l’une pour deux pianos (op. 56a) et l’autre pour orchestre (op. 56b). Souvent interprétée, cette seconde version est de loin la plus connue.


Vendredi, 24 août à 21 h 45 | Brahms - Deux lieder

Christa Ludwig ne fut pas seulement l'une des mezzo-sopranos phares de la scène lyrique internationale de son époque, elle enthousiasma également le public dans l'art du lied où elle excella. Accompagnée par Leonard Bernstein (piano) et Daniel Benjamin (alto), elle chante deux lieder op. 91 de Johannes Brahms. L'enregistrement de mai 1972 se déroula au Musée de Tel-Aviv. Au programme du récital, les lieder suivants : Gestillte Sehnsucht op. 91/1 - Geistliches Wiegenlied op. 91/2.


Vendredi, 24 août à 22 h 20 | Brahms - Quatre Chansons

Christa Ludwig ne fut pas seulement l'une des mezzo-sopranos phares de la scène lyrique internationale de son époque, elle enthousiasma également le public dans l'art du lied où elle excella. Leonard Bernstein l'accompagne ici au piano dans quelques-uns des plus beaux lieder de Johannes Brahms. L'enregistrement de mai 1972 se déroula au Musée de Tel-Aviv. Au programme du récital, les lieder suivants : Der Tod, das ist die kühle Nacht op. 96/1 - Immer leiser wird mein Schlummer op. 105/2 - Feldeinsamkeit op. 86/2 - Ständchen op. 106/1.