Calendrier des concerts

Découvrez le monde merveilleux de la musique classique, de l’opéra et du ballet dans votre région. En collaboration avec nos partenaires des quatre coins du globe, nous mettons sur pied chaque semaine un calendrier de performances et de concerts triés sur le volet.

 

 

La clemenza di Tito  |   3 décembre 2017 - 14:30

Lieu: Opera, Paris

Si la liaison entre Titus et Bérénice a inspiré les plus grands dramaturges français, c’est l’empereur romain, incarnation de la souveraineté absolue, qui occupe la place centrale de ce qui devait être le dernier opéra de Mozart. Marquant un retour à l’opera seria par ses contraintes formelles et le choix du sujet, La Clémence de Titus détourne néanmoins les attentes et brille par son humanité dans une obscure clarté qui laisse apparaître la tristesse dissimulée de la partition d’un compositeur déjà souffrant.

Don Quichotte  |  9 décembre 2017 - 19:30

Lieu: Opera, Paris

Inspiré de la chorégraphie de Marius Petipa, Don Quichotte de Rudolf Noureev est une véritable fête de la danse qui met en valeur solistes et Corps de Ballet dans des ensembles et des pas de deux d’une grande variété. Au cœur du ballet, les amants Kitri et Basilio emploient toutes les ruses pour se retrouver, malgré la résistance du père de Kitri. C’est finalement le Chevalier de la Mancha qui amène l’heureux dénouement, après avoir lutté contre les moulins et rencontré Cupidon, Dulcinée et la Reine des Dryades.

Vox Luminis  |  21 décembre 2017 - 20:00

Lieu : Bozar, Brussels

Vox Luminis, ensemble vocal et instrumental belge, se consacre essentiellement au répertoire italien et allemand du XVIe au XVIIIe siècle. Il présente le Magnificat de Bach, l'une de ses plus célèbres œuvres chorales que le Cantor retravailla en profondeur entre sa première version, interprétée le jour de Noël en 1723 (son premier à Leipzig), et celle qu’il légua à la postérité : une œuvre dense, intense, joyeuse et flamboyante.

La clemenza di Tito  |   25 décembre 2017 - 19:30

Lieu: Opera, Paris

Si la liaison entre Titus et Bérénice a inspiré les plus grands dramaturges français, c’est l’empereur romain, incarnation de la souveraineté absolue, qui occupe la place centrale de ce qui devait être le dernier opéra de Mozart. Marquant un retour à l’opera seria par ses contraintes formelles et le choix du sujet, La Clémence de Titus détourne néanmoins les attentes et brille par son humanité dans une obscure clarté qui laisse apparaître la tristesse dissimulée de la partition d’un compositeur déjà souffrant.